Sauvetage du CHARLES

6 février 1911

Equipage dont 2 mousses sauvés

Armement du Mottlau
Marins du Charles

Fort Philippe

Le malheur continue à s’abattre sur la laborieuse population de marins de Grand-Fort-Philippe. Un de ses bateaux a été abordé et coulé par un vapeur et l’équipage, composé de six hommes et un mousse, a failli périr !

Ce bateau, le sloop CHARLES N °389, de Grand-Fort-Philippe, patron Brunel, armateur M. Verove-Demazière, qui était parti lundi matin pour la pêche, était sous voiles à quelques milles au large de Ruythingen, lorsque, mardi, vers trois heures du matin, il fut, par suite de brume, abordé à tribord, juste au milieu, par le vapeur allemand MOTTLAU qui se rendait de Dantzig à Dunkerque avec une cargaison d’avoine.

Le choc fut si violent que l’étrave de l’abordeur pénétra de trois pieds dans le flanc du petit voilier. Les matelots étaient sur le pont, mais les deux mousses dormaient dans le poste. Courageusement, les hommes descendirent et empoignèrent les enfants qu’ils remontèrent sur le pont pendant que le bateau s’enfonçait dans les flots, Puis tous parvinrent à grimper sur le steamer abordeur.

Il était temps, le vapeur allemand avait fait machine arrière et le CHARLES coula aussitôt à pic. Les naufragés furent débarqués à Dunkerque vers six heures du matin.

Une enquête est ouverte par l’autorité maritime pour établir les responsabilités de ce sinistre.

Sources
Le Grand Echo du Nord de la France du 8 février 1911