Sauvetage du bateau de pêche MICHEL – D 701

27 novembre 1935

4 marins sauvés

Durée du sauvetage 3H00

Patron pêcheur
Julien Clou
Armement du Mathieu III  D-776
Emile Clou –  Charles le Carlier

Société Centrale Sauvetage Naufragés
Prix du marquis d’Urre d’Aubais
200 Frs.
équipage du Mathieu III 

En mer

Un émouvant sauvetage a été opéré hier matin, sur la côte, à l’ouest de Dunkerque. Le cotre à moteur affecté à la petite pêche  D-701 MICHEL, par suite de la bourrasque, s’était trouvé en difficulté devant Fort-Mardyck  à quatre milles environ de l’entrée du port, à hauteur de la bouée 8.

Les agrès du filet étaient pris dans l’hélice et le moteur se trouvait de ce fait immobilisé et en tout cas inutilisable. Poussé par le flot, le MICHEL fut jeté à la côte où il talonna dangereusement. Le bateau était désemparé. L’eau embarquait à chaque assaut des vagues et l’équipage s’attendait à tout instant à voir la coque se disloquer.

Heureusement le  MATHIEU III – D-776, appartenant à M. Jacques Deureff et monté par le patron Julien Clou, le frère de ce dernier Emile Clou, et un mousse Charles Le Carlier, arriva dans les parages. Les marins aperçurent les signaux de détresse du MICHEL, mais il était difficile autant que dangereux d’approcher du bateau en détresse.

Après de multiples tentatives, courageusement renouvelées, et bien que le MATHIEU III talonnât lui-même sur le sable, un filin put être attrapé et le MICHEL put être pris en remorque : les opérations de sauvetage n’avaient pas duré moins de trois heures, mais l’équipage était sauvé. Il était près de midi lorsque les deux bateaux entrèrent dans la Cale des Pêcheurs.

Ajoutons que le patron, Julien Clou, du MATHIEU III est père de neuf enfants. Il habite Dunkerque, 13, rue des Poilus.

A son arrivée au port, il a été reçu par M. Ayello, armateur du bateau sauvé, qui l’a remercié avec effusion, l’a félicité ainsi que ses camarades, du magnifique courage déployé, et a offert à l’équipage sauveteur un souvenir.

Quant à l’équipage du MICHEL il se composait du patron Firmin Larangé, de Ghyvelde, deux marins et un mousse.

Nota  : Le mousse Le Carlier deviendra patron à son tour sur le Mathieu III dans les années 50 .

Source

BNF Gallica Le Grand Echo du Nord de la France