*Assistance au FREDERIC SAUVAGE*

22 septembre 1949

Patron du canot
Auguste Brunet (selon presse)
Louis Bossu (Selon SCSN)
Mécanicien 
Joseph Bouteille
Canotiers 
Joseph Loyer,  Marceau Bossu
Louis Dewitte, Auguste Bollenger
Patron du MAASHAVEN
Charles Rose
Armement du MAASHAVEN
Patron du MENHIR
Rempyrick
Armement du MENHIR

Dunkerque

Pour la 3e fois en 8 jours, le port de Dunkerque a été alerté par un navire en difficulté. Il s’agit d’un grand chalutier boulonnais dont on comprend mal l’accident.

A 16 h. 30, jeudi, le S.D.R.S. était prévenu par le service radio du port qu’il fallait envoyer d’urgence des remorqueurs au secours du FREDERIC SAUVAGE échoué sur un banc de sable du « Gros Jacques »

Le message radio disait textuellement :

« Téléphonez à la société de remorquage pour envoi remorqueurs. Sommes au sec sur « Gros Jacques  près bouée 9 est ».

Aussitôt le canot de sauvetage, commandé par le patron Auguste Brunet et le remorqueur MAASHAVEN, sous la direction du capitaine Charles Rose prenaient la mer.

Peu après le MENHIR commandé par le capitaine Rempyrick passait à son tour à la grande écluse.

On apprenait entre-temps que le FREDERIC SAUVAGE était un bâtiment à cheminée, lancé en 1928 par la Société Sharrin-Delpierre et Cie. Il fait 43 m.70 de long avec une jauge de 329 t. Le sémaphore l’avait vu passer vers 16 h. 30 se dirigeant vers les lieux de pêche et 20 minutes plus tard, il demandait du secours.

A 18 h., le FREDERIC SAUVAGE qui avait talonné le banc à marée descendante donc, alors qu’il devait déjà  être visible,  était complètement à sec et l’hélice pouvait être apercue. Les  bâtiments de secours arrivés sur les lieux, ne purent mieux faire que d’attendre la prochaine marée de 23 h 35. Mais vers 20 h 00, un violent orage se déclara et du sémaphore on n’apercevait plus par moment que les feux des remorqueurs stationnant autour du banc.

Cependant, puisque le bateau s’était mis au sec quelques heures après la peine mer, il paraît très probable de le voir se renflouer.

LE FREDERIC SAUVAGE  put reprendre sa route vers Ostende, à 22H15.

Rapport SNSM

Au cours d’une sortie mensuelle d’exercice, étant avisé qu’un chalutier venait de s’échouer sur le Hills Bank, l’AMIRAL RONARC’H fait route vers lui bien qu’il n’ait demandé aucune aide.

Vers 17 h. 45, nous arrivions en vue du chalutier boulonnais FREDERIC SAUVAGE et, la sonde à la main, l’approchions, jusqu’aux fonds de 1 m. 50, suffisamment pour qu’il puisse nous passer ses câbles de chalut que nous allongions avec notre remorque pour les passer aux remorqueurs MENHIR et MAASHAVEN.

Notre présence n’étant plus nécessaire, nous fîmes route pour le port. Le Commandant de Port avait tenu à prendre passage à bord du AMIRAL-RONARC’H pour assister à l’opération.

Source
Centre de la mémoire urbaine La Voix du Nord du 23 septembre 1949
SCSN – Annales de la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés – SNSM Paris