*Sauvetage des occupants d’un autocar*

1er juin 1952

15 personnes  sauvées, 35 décédées

Sauveteurs
Barthelemy Wadoux –  Joseph Fournier –
Yves Metayer – Gabriel Metayer –
Evrard – Marcel Lherminier

Médailles d’Argent
4 Prix de 600 francs
Adelson Cousin
Vice-Amiral Rom Baron de Loess
Vice-Amiral Jacquinot

Barthélemy Wadoux, Joseph Fournier
Yves Métayer, Gabriel Métayer

Gravelines

Un car de la société Flying Car quittait Gand vers 5 h avec à son bord, les supporters du club de football « La Gantoise », partis fêter la victoire de leur équipe sur le littoral.

Le faible prix de l’excursion avait séduit la plupart des ouvriers du boulevard d’Afrique qui, accompagnés de leur famille, avaient pris place à bord du car pour une journée qui les emmena de Cassel au cap Gris-Nez, puis à Calais. Il est 17 h, le car est sur la route du retour lorsqu’il franchit l’étroit pont du port de Gravelines. Il  manque l’entrée du pont très étroit (2,45 m). Il serait monté sur le trottoir gauche qui aurait cédé sous son poids.

L’autobus se retourna alors complétement, heurta de l’avant le perré où il laissa la portière gauche puis retomba sur ses roues dans le canal plein à ce moment, la marée étant haute. Le car coula sous plus de 4 m d’eau.

Un témoin, le brigadier-chef des douanes Evrard, donna l’alerte et se porta immédiatement au secours des touristes ainsi que les personnes qui se trouvaient sur place.

Joseph Fournier sauva trois personnes, Barthélémy Wadoux en sauva cinq, Yves et Gabriel Metayer, Marcel Lerminier, matelots à bord du Quic en Groigne, un bateau breton entré le matin même au port, arrachèrent au canal cinq personnes en plongeant, puis, avec l’équipage, jetèrent des bouées et des cordes aux rescapés.

La sirène alertait Gravelines où l’on fêtait la communion solennelle. Très vite, arrivèrent sur les lieux M. Denvers, sénateur maire de Gravelines, M. Bodot, maire de Grand-Fort, les abbés Pauwels, Debreyne, doyen des facultés de Gravelines, Thieffry et Barbary, curé et vicaire de Grand-Fort-Philippe M. Dorp, ingénieur des Ponts et Chaussées, qui dirigea avec calme les opérations, les pompiers de Gravelines, bientôt rejoints par leurs camarades de Bourbourg, Dunkerque, Watten.
L’autocar enfin soulevé vers 21 h 15 révéla l’horrible emmêlement des corps, bras et jambes sortant des fenêtres brisées, un corps d’enfant en équilibre sur une porte arrière. Une foule innombrable, massée sur les berges, frémit d’horreur.
À minuit, 33 corps étaient allongés. Deux autres corps seront retrouvés le lendemain matin.
Le 4 juin, une foule toujours aussi émue assiste pendant deux heures aux préparatifs de départ du convoi funèbre depuis la chapelle ardente dressée à l’arsenal.
Les corps seront enterrés à Gand le 6 juin devant une foule qui attira près de 60 000 personnes dans une ville endeuillée.

* Les pêcheurs auraient été aussi récompensés par l’ordre belge de Léopold.

Source
Annales de la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés 1953

La voix du Nord  Il y a 60 ans ….

Crédit photo Supporters Club la Gantoise