Sauvetage du trois-mâts anglais DIANA

7 décembre 1855

3 personnes sauvées

Patron du canot : 
François Tixier
Armement :
Caron– Désiré Tixier

Médaille d’or à l’effigie de la Reine Victoria

Envoyée au gouvernement français pour l’honorable président de la Société Humaine de Dunkerque

L’inscription de la médaille envoyée
par lord Clarendon à M. Morel, porte: 
« The British government to Benjamin Morel  of Dunkirk, for assistance rendered to shipwrecked british seamen. December 1855. » 
 

Dunkerque :

La journée n’était pas finie. Sauveteurs et naufragés étaient réunis à la « Friture » où on leur donnait les soins que nécessitait leur état, lorsqu’ils apprennent qu’un nouveau sinistre a lieu, qu’un autre bâtiment venait de se perdre à 500 mètres de là.

François Tixier était épuisé et anéanti par le froid ; mais cette nouvelle lui fit retrouver toute sa vigueur.

Il court à l’endroit désigné, se précipite au milieu des vagues furieuses, atteint le bâtiment, descend chez le capitaine Smith et y trouve une femme affaissée par la terreur.

 Il faut venir à terre, lui dit-il.

Est-ce possible, ? demande la dame.

Venez, répond Tixier

Ils montent sur le pont.

A ce moment, son frère, Désiré Tixier, suivant ses nobles traces, venait d’arriver.

Il lui confie son précieux fardeau et la violence des lames les a bientôt déposés à terre tous les trois.

M. Morel, accompagné des membres du comité, était présent sur le lieu du sinistre et présida pendant plusieurs heures à toutes les mesures utiles au sauvetage de ces bâtiments. Il ne quitta qu’après s’être assuré que tous les secours avaient été donnés aux équipages naufragés.
En témoignage de reconnaissance pour cet énergique dévouement, malgré son grand âge,  Morel était alors âgé de 75 ans, le principal secrétaire d’Etat de Sa Majesté britannique écrivit à M. Morel une lettre officielle de félicitation, et le 2 mars 1856, le Sous-Préfet de Dunkerque lui remettait à cette même occasion, par la voie hiérarchique, une médaille d’or.

Sources :
Michel Dahaene « Drames en mer »
Fortune de mer sur les bancs de Flandre – Jean-Luc Porhel