Sauvetage de la  goélette suédoise IDUNA

17 janvier

7 personnes sauvées

Patron du canot :  
Pierre Joseph Leprêtre 
Armement du canot : 
Pierre Joseph Agez – André Auguste Coppin
J.B  Romain Daubercourt – Joseph Delahaye – François Evrard
Jean-Baptiste Ficquet – Antoine Fournier – Pierre François Lefébure
Barthélémy Lemaire – Jules Joseph Leprêtre – P.Antoine Pleuvret
Charles Risbourg – Jean Charles Veron 
Autre
Martinet – Ficquet

Gravelines :

Après le sauvetage de l’EUGENIE deux des canotiers étaient exténués de fatigue et de froid, deux autres se présentèrent pour les remplacer. Tous se mirent dans l’eau jusqu’au cou pour lancer le canot à la mer.

Enfin on atteignit le troisième navire, et les sept hommes de son équipage furent ramenés sains et saufs.

Le canot se trouvait alors retenu par son grappin.

En s’élançant à bord pour le dégager, le brigadier Ficquet faillit être victime de dévouement.

Pendant tout le temps qu’ont duré ces trois sauvetages, des hommes dévoués sont restés dans l’eau par une température très froide, s’avançant jusque dans les brisants pour recevoir les naufragés.

Parmi ces hommes, le syndic des gens de mer Delahaye et le gendarme de la marine Martinet se sont particulièrement distingués.

Le lendemain matin, le patron Leprêtre alla avec ses 14 hommes chercher le bon canot de sauvetage, comme ils l’appellent, laissé sur la plage sous la garde des employés des douanes et des gardes maritimes, et le ramena solennellement dans son abri.

Il n’avait éprouvé d’autre avarie que la perte de deux avirons broyés.

Deux autres sauvetages dans la même journée EugénieMaid Erin

Source  
BNF Gallica  Annales de la société centrale de sauvetage des naufragés
Journal l’Autorité du 22 janvier 1867