-Sauvetage trois-mâts anglais PRIDE OF THE GANGES-

12 septembre 1869

17 hommes sauvés

Patron NUMERO 1 :
Philippe Sailly
Patron JOSEPHINE
Pierre Ficquet
Patron remorqueur MARINE
Wynnaert
Armements des corvettes: 
Jacques Bommelaere – Everaert
Charles Gossin – Charles Lefebvre
Pierre François Jeannekeyn – Charles Henri Caeylers
Alfred Cordier – Thomas Sion – Joseph Fontaine
François Cordier – Alexandre Meret
Frédéric Pieters – Joachim Delporte
Henri Valenbroucke – Martin Truck 
Pierre Delugny – Pierre Versaellie
Henry Verheecken

Selon les sources le canot serait aussi sorti sous
le commandement de Charles Lefebvre

Ministre de la Marine
Médaille d’argent de 1e classe
Sailly P.F.  Jeannekeyn P.F
Médaille d’argent de 2e classe
Caeylers C.H
Témoignage de satisfaction
Pillaert A.F.X
Société Humaine
Médaille d’argent de 1e classe
Sailly P.F.
Mention Honorable
Pillaert A.F.X

Localisation estimée du naufrage
Peinture sur contreplaqué de Bonnière (1877) -Musée portuaire de Dunkerque

Dunkerque :

A deux heures de l’après-midi, par cet ouragan dont on n’a sans doute pas perdu le souvenir, le trois-mâts PRIDE OF THE GANGE, capitaine Robert Jones, mouillé à l’ouest du port, rompit ses chaînes et vint s’échouer et se briser sur le Braeck-Bank.

L’équipage affolé s’était jeté dans la chaloupe du bord mais en présence d’une mer furieuse et d’une rare violence, la perte de tous ces hommes était imminente si un secours immédiat ne leur était porté.

Aussitôt deux bateaux pilotes, LA JOSEPHINE patron Pierre Ficquet, chef pilote, et le NUMERO 1 patron Failly, se sont dirigés sur le trois-mâts.

La JOSEPHINE parvint à l’accoster par une habile manœuvre, et à embarquer les dix-sept hommes composant son équipage.

Une lame ayant alors écarté le bateau, le pilote Éveraert, de service sur le trois-mâts et qui avait voulu rester le dernier à bord, se trouva abandonné sur l’épave et faillit être victime de son dévouement.

Il se jeta résolument à la mer et put être recueilli. Il était temps, car au même instant, le bâtiment s’entrouvrit et s’abîma.

Sur ces entrefaites, le capitaine Wynaert, commandant du remorqueur MARINE, était sorti spontanément du port pour se porter au secours des naufragés.

Il acheva cet heureux et brillant sauvetage en prenant à la remorque, au milieu d’une mer énorme, LA JOSEPHINE, qu’il ramena au port.

rapport du commandant Winnaert commandant le remorqueur MARINE

Dimanche, 12 septembre vers 2h de l’après-midi, j’aperçus, chassant sur ses ancres, le trois-mâts anglais mouillé en rade depuis la veille au soir.  Le vent d’ouest soufflait avec  une violence extrême et la mer était très grosse. Je fis aussitôt les préparatifs de départ et me portai à toute vapeur au secours du navire en détresse mais  à peine avais-je débouté de l’estacade que je reconnus que le bâtiment était échoué sur le break bank. Je poursuivis ma route en disposant mes bouées de sauvetage et des va-et-vient pour tâcher de sauver l’équipage. Je longeai le navire par tribord derrière le plus près possible, et ne voyant personne à bord, je me mis à aller pour m’assurer de son abandon. Pendant que j’étais sur le Breack et par le travers d’un bâtiment naufragé, je reçus un coup de mer qui faillit me faire sombrer. Le coffre s’emplit jusqu’au liston. Le remorqueur et son équipage coururent en ce moment le plus grand danger. Étant heureusement parvenu à me faire revenir pour me dégager  du banc, je vis la corvette des pilotes qui me demandait du secours . Elle avait recueilli l’équipage naufragé qui s’était réfugié  à bord dans la chaloupe du navire. Je réussis avec beaucoup de peine à lui passer ma remorque et je fis route pour le port où je rentrai vers 4h.

Remerciements du capitaine du PRIDE  OF GANGES

Nous, soussignés, capitaine et équipage du trois-mâts anglais PRIDE OF GANGES, offrons nos remerciements les plus sincères au patron et à l’équipage de la corvette des pilotes JOSEPHINE de Dunkerque , pour les secours qu’ils nous ont portés hier lors de la perte de notre navire, ayant ainsi contribué à nous sauver la vie.

Signé

          Robert Jones capitaine et suivent les signatures des 14 hommes d’équipage

Sources 
Annales de la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés
Archives municipales de Dunkerque O.Delille 1901 (Bommelaer J.)
Journal L’Autorité des 12  /9 /1869 et 16/9/1869
Crédit photographique Musée portuaire de Dunkerque – Philippe Boutelier