-Canot lamaneur N°2-

9 mai 1879

3 personnes sauvées -1 disparu

Armement de la corvette de pilotage :
Louis Désiré Barbion – Auguste Victor Bocage

Jacques Joseph Bommelaere -Henri Benoit Dufour – Désiré Victor Houze –
Yves Le Courtois -Honoré Ollivier –
Antoine Seronde -Fidèle Arthur Spinnewyn –Antoine Ficquet – Louis Noedts

Société Centrale de Sauvetage des Naufragés
Témoignage de Satisfaction
Barbion L. D.

Dunkerque :

La vigie du bateau-pilote signale une épave avec des formes humaines.

Malgré une mer démontée, la corvette fait route vers l’épave, la mer embardait et les vagues balayaient le pont, malgré cela, le patron Bommelaer fait armer l’embarcation et, accompagné de Ficquet Antoine et de Louis Noedts, ils arrivent près de l’épave qu’ils reconnaissent comme étant le BATEAU LAMANEUR N°2.

Il est chaviré et sur sa quille trois hommes, qu’une lame peut prendre pour l’éternité,  se cramponnent.

Ils arrivent à embarquer les naufragés dans ce canot non adapté à pareille situation et les conduisent sur le pilote où ils reçoivent les soins que méritait leur état.

Le pilote Bommelaer eut l’épaule démise et dut garder le lit durant 20 jours.

Selon le journal l’Autorité, ce canot lamaneur commandé par Frédéric Darcheux a chaviré au large du port et les 3 hommes survivants ont été recueillis par le steamer ALBERT, capitaine Seronde.

Sources :
Fortune de mer sur les bancs de Flandre – Jean-Luc Porhel

Journal officiel de la République française
Journal L’Autorité du 10 mai 1879