Sauvetage du trois-mâts EMILE IRMA 

29 décembre 1885

Patron du canot :
Jacques Joseph Bommelaer
Sous-patron : 
Charles Gossin
Armement du Suzan Gray: 
Louis Beau – Boquet – Chassat – Henri Deligny – Legat – Nebruger –

Jules Sireuil – Henri Versailles – André Widen
Patron du remorqueur :
Eugène Charet
Armement du Dunkerquois

Durée sortie 5H00

Dunkerque

Le 29 décembre, vers dix heures du soir, le trois-mâts l’EMILE IRMA, qui était au mouillage, ayant été assailli par une tempête du Nord-Nord-Ouest grosse mer, rompit ses chaînes et alla s’échouer à 300 mètres environ dans le Nord des jetées du port.

Le patron Bommelaer, informé par le bureau du port de ce sinistre, rassembla aussitôt l’équipage du canot de sauvetage SUZAN GRAY et partit une demi-heure après avec l’aide du remorqueur le DUNKERQUOIS, capitaine Charet.

A minuit, ils atteignaient le lieu du naufrage, où le canot accosta le navire à l’aviron et constata que l’équipage avait abandonné L’EMILE IRMA avec les embarcations du bord. Après s’être assuré qu’il n’y avait plus personne sur le navire, le patron Bommelaer revint à l’aviron, il rentra à une heure trente du matin au port, où il apprit que les naufragés étaient arrivés sains et saufs à Dunkerque.

Vers trois heures et demie du matin, sur les insistances du capitaine de L’EMILE IRMA, dont le navire tenait toujours sur sa seconde chaîne, il fut décidé par M. Dardenne, secrétaire du comité de sauvetage et par le capitaine du port, qu’on essayerait, avec le canot, de reconduire à bord le capitaine avec ses hommes et un pilote, pour tenter le sauvetage du navire avec l’aide du remorqueur le DUNKERQUOIS.

Sorti une seconde fois à la remorque de ce dernier, le canot arriva à proximité du navire, mais la mer était très grosse, l’accostage difficile et dangereux, le patron Bommelaer ne voulant pas, comme il en avait reçu l’ordre, d’ailleurs, exposer le canot et les hommes qui le montaient, renonça à accoster le navire et revint à Dunkerque, après avoir eu à lutter sur la barre, qui était alors très mauvaise à l’entrée du port.

Dans ces deux sorties, les hommes qui accompagnaient Bommelaer ont montré le plus grand zèle et le plus grand dévouement.

Sources
Société centrale de sauvetage des naufragés 1866 – 1939
Archives municipales de Dunkerque O. Delille 1901 (Bommelaer J.)