ARSENE BOSSU

Patron lamaneur – Patron du canot de sauvetage
20 sorties en mer – 5 sauvetages individuels –
101 personnes et 5 équipages sauvés
Chevalier de la Légion d’Honneur
Chevalier du Mérite Maritime
On remarque la plus imposante des médailles
le prix Henri Durand de Blois.
La légion d’honneur ne lui a pas encore été remise – Photo entre 1932 et 1936
Légion d'Honneur Chevalier

Orphelin très jeune, il  est élevé par des voisins rue du Gouvernement (Citadelle).

Patron de canot de sauvetage il a toujours donné l’exemple du courage et du dévouement. Il connaitra trois guerres. A son enterrement, son cercueil paré du drapeau national, recevra les honneurs militaires de soldats allemands en manœuvre à proximité du cimetière, marquant ainsi l’internationalité du sauvetage maritime.

 Louis suivra l’exemple paternel,  deviendra aussi patron du canot et sera également décoré de la Légion d’Honneur.

Ses arrière-petits-enfants sont toujours présents au lamanage.

Etat civil

Né le 24 aout 1860 à Dunkerque

Décédé le 11 mai 1942 – Dunkerque à l’âge de 81 ans

Domicilié 17 rue du marechal Joffre

Généalogie

Fils de Silvie, Antoinette BOSSU 1833-  Journalière en 1863..

Marié le 14 février 1888 avec Pauline, Henriette ZOONEKYNDT 1853- dont

  •    Arsène, François BOSSU 1883-
  •   Emérence, Joséphine BOSSU 1885-1942
  •   Marcel, Henri, Joseph BOSSU 1889-1947 –   Sauveteur en mer
  •  Joséphine, Léopoldine, Pauline BOSSU 1890-1967

Marié avec Sophie RENAUX 1874-1910  dont

  • Lucien, Raymond BOSSU 1905-    Sauveteur en mer
  • Marceau, Edouard BOSSU 1908- Sauveteur en mer
  • Louis, Constant BOSSU 1910-   Sauveteur en mer Patron du canot

Silvie Bossu est assise

 

Vie professionnelle

1870 Embarquement comme mousse à Islande jusqu’au service militaire

Marine Nationale  3 ans et 8 mois – Guerre du Tonkin

Lamanage  39 ans

                           3 ans en temps de guerre (à Saint-Nazaire)

                           Canotier de sauvetage depuis 1887

                           Patron du canot de 1911 à  1926

Décorations

10 août 1936  Chevalier de la Légion d’Honneur

24 mai 1932  Chevalier du Mérite maritime

Prix Henri Durand de Blois

Prix Henri Durand de Blois

Médaille coloniale de Tunisie

Médaille d’Honneur des marins du commerce

Sorties en mer et actions de sauvetage

1887

30 octobre                       Sauvetage de l’HELENA –  5 personnes sauvées 

                                                                                                            Diplôme d’honneur SCSN

                                                                                                            Décoration Pays Bas

1890

18 octobre                        Sauvetage du VESTERVIG  – 6 personnes sauvées

                                                                   Médaille de bronze de la SCSN

1891

11 novembre                    Sauvetage du PILOTE N°2 –  4 personnes sauvées

1894

27 janvier                          Sauvetage du VOLONTE DE DIEU  – Equipage sauvé

1896

18 octobre                        Sauvetage individuel de Mlle Berquin – 1 personne sauvée

1897

7 février                             Sauvetage du MANITOBA – Equipage sauvé

                                                                                                            Sous-patron

3 mars                               Assistance à la LEONIE 

                                                                                                            Sous-patron

1898

7 juillet                               Sauvetage individuel du jeune Gosselin – 1 personne  sauvée

22 novembre                     Sauvetage du MARIE AUGUSTA – 20 personnes sauvées

                                            Médaille Argent 2e classe de la SCSN

                           Prix Henri Durand 600 Frs du   Ministre de la Marine 

                        Témoignage satisfaction du  Ministre de la Marine 

                         Témoignage satisfaction  de la  SCSN

1899

3 janvier                             Sauvetage du FRIEDE – 17 personnes sauvées

                                Témoignage satisfaction  de la  SCSN

1902

16 septembre                    Sauvetage individuel du jeune Bossaert – 1 personne sauvée

                Tombé dans l’écluse de la belle inutile et emporté dans l’avant-port Arsène sautera tout habillé pour sauver l’enfant. Il se fera une grave blessure à la tête.                                                       

30 septembre                    Sauvetage de deux enfants – 2 personnes sauvées

                                                                                         Tombés dans le bassin  à cause d’un mouvement de foule.

1903

21 février                           Assistance d’un bateau de pêche –

31 aout                              Sauvetage individuel de trois femmes et un enfant – 4 personnes sauvées

1904

28 octobre                         Sauvetage du GIFFARD – 1 équipage

                                                                                                            Sous-patron

20 décembre                     Assistance au BELEN – 

1906

18 janvier                          Sauvetage du VOLONTAIRE – 1 équipage sauvé

1907

15 décembre                      Assistance au BRUNEL

                                                                                                            Patron

1910

19 janvier                           Sauvetage du HERNANI – 5 personnes sauvées

                                                                                                            Patron

6 octobre                            Sauvetage du MADELEINE – 6 personnes sauvées

                                                                                                            Patron

1911

23 novembre                      Sauvetage du MARY QUEEN – 4 personnes sauvées

                                                                                                            Patron

23 novembre                      Sauvetage du sloop VIOLETTE N°1613 – 1 equipage sauvé

                                                                                                            Patron

1912

17 janvier                           Sauvetage du MARTIAL – 7 personnes sauvées

                                                                                                            Patron canot lamaneur

1913

5 décembre                       Sauvetage du NORDEN  – 17 personnes sauvées                                                                           

                                                                                                            prix Adelson Cousin SCSN

                                                                                                            prix Auguste Viéra SCSN

                                                                                 Gratification 20 Frs Ministère de la marine

                                     Ministère de la Marine Médaille Argent 1e classe 

                                    Prix Henri Durand Ministère de la marine

1919

2 novembre                       Sauvetage du UNION – 1 personne sauvée

14 juillet 1937 –
Remise de Légion d’Honneur
par l’amiral Lacaze, à M. Arsène Bossu De gauche à droite : MM. Arsène Bossu, Camille Barbier, Jules Flamein, porte-drapeau de la section, Auguste Sponger, Daniel Heyden, commandant le corps des sapeurs-pompiers, Joseph Pérot, porte-drapeau, et Gustave Daems.

La famille Bossu

Arsène au premier rang

De gauche à droite

Marcel – Arsène- Lucien – Sophie RENAUX

Marceau – Marcel Marceau – Louis

5 sauveteurs dont un FNFL

Sources
Annales de la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés
Léonore Dossier Dossier : 19800035/0317/42776
Généanet
Photographie BNF Gallica Grand Echo du Nord de la France
Généalogie Denis Bossu
Du sauvetage en mer à Dunkerque Mechain Raffoux (SNSM)

Le petit plus de la presse

Arsène Bossu et Taylor

Je rencontrais, près de la cale des Pêcheurs, un de ces braves parmi les plus populaires : Arsène Bossu.

Le torse serré dans son tricot bleu, il demeurait immobile sur le trottoir du Minck et ses yeux, fatigués par les embruns, restaient pourtant fixés sur l’avant-port où, tout au loin, apparaissait la silhouette encore imprécise d’un « Clan » d’un « City » ou de quelque autre « Bombay ».

Avec son rude parler dunkerquois, Arsène Bossu me détournait à chaque minute de la conversation où je m’attachais à l’entraîner.

Des sauvetages ?

Mais, tout le monde en fait. Si un homme tombe dans la « baille », est-ce qu’on ne va pas le chercher ? Il n’y a à cela aucun mérite.

— Mais encore, vous ne vous êtes pas contenté de vous jeter dans le bassin pour en retirer un marin maladroit ou un gamin imprudent.

J’étais lamaneur, donc canotier de profession. On m’a fait l’honneur de me donner une place dans, le canot de sauvetage, c’était donc à mes camarades et à moi qu’était offerte l’occasion d’aller au secours des équipages en perdition.

Et ce qu’Arsène Bossu s’obstinait à ne pas nous confier, c’est qu’il a personnellement repêché six personnes, dont deux jeunes gens qui, au cours de la fameuse grève de 1902, étaient tombés dans le port au moment précis où ils se disposaient à lancer des projectiles sur les officiers du service d’ordre. Était-ce une raison pour les laisser se noyer ?

Ce que ne nous disait pas non plus Arsène Bossu, c’est que, comme matelot et sous-patron du canot de sauvetage, il avait participé aux opérations de secours des équipages de du FRIEDE en 1899, de la PROVIDENCE-de DIEU, du HERMAN et de plusieurs autres bâtiments en perdition.

Ah ! ce HERMAN ! finit-il par nous avouer, quel danger il nous a fait courir ! C’était une superbe goélette toute neuve, construite à Paimpol et qui faisait son premier voyage de Lisbonne à Dunkerque, avec un chargement de sel pour la flottille Islandaise. La tempête l’ayant mis à la côte, nous réussîmes à embarquer l’équipage dans notre embarcation. Il fallait faire vite, car la cale du petit voilier était pleine d’eau et la cargaison de sel se trouvait fort endommagée. Nous nous étions à peine écartés du bateau qu’il chavirait, la quille en l’air : nous l’avions échappé de près. Quelques jours plus tard, le capitaine, qui était en même temps le propriétaire du HERMAN, rentrait chez lui à Pontrieux, ruiné, découragé, et il se suicidait en se jetant d’un deuxième étage par la fenêtre de sa chambre.

Arsène Bossu veut de nouveau changer le tour de la conversation :

N’oubliez pas, dit-il, de parler de

mon ami Taylor. Nous avons été dans les mêmes coups durs. C’était un courageux, un vrai sauveteur ; il n’a  jamais su ce qu’était la peur, un lion qui luttait contre la mer et contre la mort. Il est malheureusement souffrant, en ce moment…

Et sur les joues du rude marin, deux larmes coulaient. 

En quittant Arsène Bossu, je faisais une remarque : il n’a pas le ruban rouge. Combien de fois pourtant ne lui a-t-on pas promis la croix des « braves » !

Note du webmaster  :

Arsène Bossu sera fait chevalier en 1936. A son décès en 1942 les forces d’occupation présente à Dunkerque présenteront les armes au passage du convoi funéraire.

Son ami Joseph Taylor a été décoré en 1924.  il décéde en 1935

Source
Le grand Echo du Nord de la France  23 juillet 1937