Eugène Jules Charles CHARET

Maitre au cabotage patron de remorqueur

33 sorties en mer
13 équipages et 185 personnes sauvées
1 sauvetage individuel
Légion d'honneur -Chevalier
Décoration-Croix-dor-de-2°-classe-de-lOrdre-de-Francois-Joseph-Autriche
Eugène Charet Dunkerquois Commandant de remorqueur 1818 - 1909
Portrait  réalisé par sa nièce
Mathilde – Marguerite HAUTRIVE 1909
Décoration-Chevalier-de-lordre-de-Sainte-Anne-de-Russie
Décoration-Mérite-naval-Espagne

M. Charet est un enfant de Dunkerque, comme Jean-Bart ; mais il ne s’est pas signalé, comme son illustre compatriote, en combattant les Anglais. 
S’il a couru sus à leurs navires, c’était pour les secourir et les conduire au port.

Chaque époque a ses exigences et son genre d’héroïsme. Il n’avait pas dix-neuf ans, lorsqu’il opéra son premier sauvetage, en se jetant à la mer sur la côte d’Irlande pour « sauver une femme qui se noyait au milieu des glaçons ».
Deux de ses fils seront élevés à la dignité de  
Grand Officier de la Légion d’Honneur

Etat civil

8 juillet 1839 Naissance à Dunkerque

1906 Recensé 13 rue du Jeu de Paume (Dunkerque)

3 décembre 1909  Décès à Dunkerque

Données généalogiques

Fils de Félix CHARET (Horloger) né le 01/01/1818 à Calais et

Virginie FOCKHENBERGUE née 30/11/1816 à Dunkerque

Mariage le 10 janvier 1865 avec Pauline Antoinette GILLIE né le 29/06/1831 (Dunkerque)

                Pauline Alexandrine 1866 – 1868

                Jules Charles Edouard né à Dunkerque le 11 février 1869

                             Commissaire principal de marine

                             Grand Officier de la  Légion d’honneur pour son comportement au front en 1918

                Charles Eugène né à Dunkerque le 28/12/1870 Décédé à Dijon le 13/09/1950

                             Général de division Grand Officier de la Légion d’honneur

Vie professionnelle

Marine nationale Service militaire          3 ans et 1 mois

Commerce                                             34 ans

Commandant des remorqueurs:

INDUSTRIE COMMERCE MARINE PROGRES DUNKERQUOIS

Il finira directeur des services techniques de la Chambre de Commerce

Décorations

28/12/1885          Chevalier de la Légion d’Honneur Dossier LH/489/231876   

1877                    Chevalier du mérite naval d’Espagne       

1880                    Chevalier de l’ordre de la Couronne d’Allemagne  

1882                     Croix d’or de 2° classe de l’Ordre de François-Joseph d’Autriche

1885                     Chevalier de l’ordre de Sainte Anne de Russie

.

Discours de remise de la Légion d’Honneur

Sauvetages et sorties en mer – Décorations et récompenses

1856

Premier sauvetage à 17 ans en se jetant à la mer sur la côte d’Irlande pour sauver une femme qui  » se noyait au milieu des glaçons »

1876

                                                 Témoignage de satisfaction – pour ses qualités de pilote.

14/01    Sauvetage du CYDONIA  – 7 personnes sauvées

                                                         Témoignage de satisfaction – Ministre de la Marine

                                                           Médaille de bronze – SCSN

09/08   Sauvetage du GRACE DE DIEU – Equipage sauvé

1877

25/11   Sauvetage du ISABEL  – 13 personnes sauvées

                                                                                        Témoignage de satisfaction

                                                                      Chevalier du mérite naval d’Espagne

                                                              Médaille d’or d’Espagne

1878

25/01   Sauvetage du BREEDALICK – Equipage sauvé

31/01   Sauvetage d’un trois-mâts américain  – 2 personnes sauvées

19/09   Sauvetage du COMMERCE  – 40 personnes sauvées

19/09   Sauvetage du SAINT WAASL – Equipage sauvé

05/11      Sauvetage du JANET FORBES – Equipage sauvé

                                                                                              Témoignage de satisfaction

1879

01/04   Sauvetage du ADOLF TIDERMAN – 7 personnes sauvées

Nc        Sauvetage du MIRANDA  – Equipage sauvé

Nc        Sauvetage du MONITOR – Equipage sauvé.

24/03    Assistance au  RAPID  

8/12      Assistance au EUGENIE-LEONIE  – 13 personnes sauvées

                                                                                                             Médaille d’argent -SCSN

                                            Médaille d’argent 1° classe  – Ministre de la Marine

Nc        Sauvetage du DUNKERQUOISE – 10 personnes sauvées

1880

11         Sauvetage du LIONNE – 5 personnes sauvées

08/11    Sauvetage du NEPTUNE – 11 personnes sauvées

                                                        Chevalier de l’ordre de la Couronne d’Allemagne

1881

08/03   Sauvetage du DUPUY DE LOME  – Equipage sauvé

Nc        Sauvetage d’un trois-mâts britannique  – Equipage sauvé

1882

10/06   Sauvetage du ADOLPHE-AUGUSTINE  – 4 personnes sauvées

                                                                                                             Médaille d’or 2°

24/10   Sauvetage du  IRENE  – 11 personnes sauvées

                                  Croix d’or de 2° classe de l’Ordre de François-Joseph Autriche

24/10   Sauvetage du MAASMOUND VI – 7 personnes sauvées

19/11   Sauvetage du LES DEUX MONDES – Equipage sauvé

13/11   Sauvetage du MINERVE  –  5 personnes sauvées

19/11   Sauvetage du DEUX MARIE   – 6 personnes sauvées

19/11   Sauvetage du INES – 1 équipage sauvé

1883

mars     Sauvetage du ROSA   – 11 personnes sauvées

11/12    Sauvetage du ALEXANDRE II – Equipage sauvé

12/01    Sauvetage du BON PERE ET LA BONNE MERE – 7 personnes sauvées

                                                                                                             Médaille d’or 1° Ministre de la Marine

1884

                                                                                                             Médaille d’or Services rendus

24/01     Sauvetage du ALICE – 11 personnes sauvées

1885

29/06     Sauvetage du OPHELIA  – Equipage sauvé

                                                                Chevalier de l’ordre de Sainte Anne de Russie

1888

29/06     Assistance au AAYOT  – Equipage sauvé

1890

18/10    Sauvetage du VESTERVIG – 6 personnes sauvées

 1894

27/01    Sauvetage du  PROVIDENCE DE DIEU   – 8 personnes sauvées

Discours de remise de la légion d’honneur au titre de Chevalier
M. Charet est un enfant de Dunkerque, comme Jean-Bart ; mais il ne s’est pas signalé, comme son illustre compatriote, en combattant les Anglais. S’il a couru sus à leurs navires, c’était pour les secourir et les conduire au port. Chaque époque à ses exigences et son genre d’héroïsme. Malgré mon admiration pour M. Charet, je ne songe pas à le mettre sur la même ligue que cet immortel marin, que ce grand homme de guerre qui, devenu de matelot, chef d’escadre, dans ce siècle de privilèges, brûla, en une seule campagne, 80 navires aux Anglais dans la Manche, et rentra triomphant dans Dunkerque, sa ville natale, qu’il venait de débloquer et de ravitailler tout à la fois. Je ne suis pas de ceux qui regardent la guerre comme une nécessité sociale et ses triomphes comme la plus haute expression de la grandeur nationale. Je ne suis pas de ceux qui n’ont d’admiration que pour ses fêtes sanglantes, et pourtant j’aurais aimé vivre à aune époque où les marins de France faisaient de ces choses-là. Revenons au capitaine Charet, qui me pardonnera, je l’espère, cette digression.

Lui aussi a commencé sa carrière comme mousse, et il n’avait pas dix-neuf ans, lorsqu’il opéra son premier sauvetage, en se jetant à la mer sur la côte d’Irlande pour sauver une femme qui se noyait au milieu des glaçons. Tous deux auraient infailliblement péri sans une embarcation qui vint à leur secours. Après avoir fait son temps de service à bord des navires de l’Etat, M. Charet a navigué successivement comme lieutenant et comme second sur des navires de commerce.
Nommé maître au cabotage le 20 juillet 1865, il commanda de petits navires à voiles ou à vapeur, jusqu’au 1er septembre 1874, époque à laquelle il fut nommé capitaine des remorqueurs de Dunkerque. Il a successivement commandé en cette qualité : l’INDUSTRIEL, le COMMERCE, la MARINE, le PROGRES et en dernier lieu le DUNKERQUOIS, sur lequel il est encore actuellement. C’est avec ces différents navires qu’il a accompli les nombreux sauvetages dont je vais vous rendre compte.
Avec le remorqueur MARINE, il a sauvé deux matelots du brick anglais SIDONIA, perdu sur les basses de Flandre. Le 9 août 1876, sauvetage du bateau de pêche la Grâce-de-Dieu.
Sur le remorqueur le PROGRES le 25 novembre 1877, sauvetage de l’équipage du trois-mâts espagnol ISABEL opéré dans des circonstances très difficiles. Le Progrès, ne pouvait s’approcher du navire sans s’exposer lui-même au plus grand danger, parvint à établir un va-et-vient et à recueillir un à un les 12 hommes de l’équipage et un pilote belge.
En 1878, nous enregistrons encore au compte de M. Charet 4 nouveaux sauvetages. Le 25 janvier il porte secours au trois-mâts norvégien BREIDALICK. Dans la nuit du 31, il sauve un trois-mâts américain qui allait sombrer à sept milles à l’Ouest du port. Il recueille le capitaine et un pilote anglais restés seuls à bord. Le 19 septembre, au milieu de la nuit, il appareille pour aller au secours de l’allège le COMMERCE, en détresse près de la jetée de l’Est, et ramène les 40 ouvriers qui se trouvaient à bord, ainsi que l’équipage d’une autre allège, le SAINT WAASL. Deux mois après, le 5 novembre, il sauve le trois-mâts anglais JANET FORBES. L’année 1879 a fourni à M. Charet l’occasion d’accomplir 7 nouveaux sauvetages, celui d’une embarcation du trois-mâts norvégien ADOLPHE TIDEMAN, montée par 7 hommes ; Ceux du brick norvégien, d’un brick français échoué sur le Breedbanck ; du vapeur anglais MIRANDA et de sa cargaison ; du trois-mâts suédois MONITOR et de son équipage. En sixième lieu, sauvetage pendant la nuit, du trois-mâts français EUGENIE LEONIE, sombré en rade de Dunkerque. Et enfin, sauvetage, à 9 heures et demie du soir, des 7 hommes de l’équipage de la goélette la DUNKERQUOISE, en perdition sur le banc de BrodersDune, et de trois passagers belges qui se trouvaient à son bord. C’est à cette époque que M. Charet prit le commandement du remorqueur le DUNKERQUOIS et c’est avec ce navire qu’il a accompli les 14 sauvetages dont il me reste encore à vous parler. En 1880, il a porté secours à la canonnière de l’État le LIONNE, drossée sur la jetée Ouest du port, le 8 du même mois, avec l’aide du canot de la Société, il a sauvé l’équipage de la goélette allemande le NEPTUNE, composée de neuf hommes et de deux pilotes. Il fut, pour ce fait, nommé chevalier de l’ordre de la Couronne d’Allemagne.
Le 8 mars 1881 nouveau sauvetage, celui du trois-mâts le DUPUY DE LOME et de son équipage. Enfin, il termine son année en sauvant un trois-mâts anglais, en perdition sur la rade de Dunkerque. Le Comité des assurances maritimes de Paris lui offrit, pour récompense, un chronomètre en or.
J’ai passé sous silence les félicitations adressées à M. Charet, par la Chambre de commerce de Dunkerque, pour son concours, lors de
l’incendie des ateliers et magasins des ponts et chaussées. En 1882, nous trouvons encore à l’actif de M. Charet, quatre nouveaux sauvetages. Celui du lougre ADOLPHE AUGUSTINE et de son équipage ; Celui du trois-mâts autrichien IRENE et de la drague hollandaise MASMOUND VI. Le gouvernement autrichien lui décerna à cette occasion la croix d’or de 2° classe de l’ordre de François-Joseph, et le gouvernement hollandais, une médaille d’argent. De nombreux témoignages de satisfaction lui furent envoyés en même temps. Le 19 novembre, il sauve le brick français les DEUX MONDES, en perdition dans la rade de Dunkerque et reçoit à la fin de cette même année, de la Société centrale, une nouvelle médaille d’or. Le 22 mars 1883, à neuf heures du soir, M. Charet appareille pour aller à la recherche du trois-mâts norvégien POSA en détresse dans le Pas-de-Calais. Il le rencontre à quatre heures du matin sur le banc de Colbart. Ce malheureux navire abandonné, démâté, sans gouvernail, flottait entre deux eaux. Malgré la tempête, M. Charet parvint à faire passer sur cette épave quelques hommes de son bord et à la conduire à Boulogne.
La plupart des sauvetages que je viens de faire passer sous vos yeux, vous en avez sans doute fait la remarque, ont pour objet des navires étrangers. C’est que hélas ! Le pavillon français ne couvre plus les mers. Ce sont d’autres couleurs que les nôtres qu’on y voit flotter, mais qu’importe ! La question de pays disparaît devant la solidarité professionnelle. Ce sont des étrangers, qu’importe ! Ce sont des ennemis de la veille ou des ennemis du lendemain, qu’importe encore ! En présence du naufrage, il n’y a plus que des marins ; le
navire en détresse n’a plus de nationalité. Quand le pavillon est en berne, il n’a plus de couleur : Il s’appelle le drapeau de l’humanité. Et puis, ces gens-là ne sont pas soutenus seulement par le sentiment du devoir et de la solidarité professionnelle, ils ont un mobile plus élevé, et quand ils mettent le pied dans leur canot de sauvetage, ils pourraient dire comme le grand archer d’Altorf :
« Oui le péril est grand, mais le pilote est là ! »
L’œuvre qu’ils accomplissent a du reste, une portée plus haute que celle qui se mesure au nombre des existences sauvées. C’est une protestation et un exemple ; lorsque l’esprit d’individualisme et de personnalité est à ce point prépondérant dans les sociétés modernes, il est bon, il est indispensable, qu’il reste quelque part un foyer où s’entretienne le feu sacré de l’abnégation et du sacrifice, afin qu’il ne s’éteigne pas tout à fait et qu’on puisse le rallumer un jour. L’Œuvre du sauvetage est un de ces tranquilles foyers dont la douce
lueur ne s’affaiblira plus à la condition, toutefois, qu’on l’alimente, et les Vestales qui doivent entretenir ce feu là, je n’ai pas besoin de les nommer : ce sont les donatrices de la Société, et c’est à leur cœur généreux, à leur gracieux patronage que je veux faire appel en terminant ce rapport. La Société n’a pas encore complété son réseau de sauvetage. Elle a encore bien des stations, bien des postes de secours à créer, et son œuvre ne sera terminé que le jour où il ne se trouvera plus, sur les sept cents lieues de son littoral, un récif
où vienne s’échouer un navire, sans qu’une de nos embarcations se porte immédiatement à son secours. Tout ce matériel coûte cher, mais ce n’est pas une question pour vous, Mesdames. Lorsque ces braves risquent si généreusement leur vie, qui est leur capital à eux, et qui représente le pain de leurs femmes et de leurs enfants, vous ne voudrez pas rester en arrière, vous ne voudrez pas qu’on dise que les femmes françaises restent sourdes lorsqu’on leur fait appel au nom de l’humanité et du patriotisme. Dans le mois de décembre, sauvetage du brick français ALEXANDRE en détresse à l’Est du port de Dunkerque et du navire le BON PERE ET BONNE MERE. Ce dernier a été plus particulièrement remarquable. Le temps était extrêmement mauvais, la mer très grosse ; le DUNKERQUOIS et le canot de sauvetage étaient sortis en même temps, pour aller au secours du navire en détresse ; le canot ne parvint à l’accoster qu’après quatre tentatives infructueuses, et, à plusieurs reprises, le DUNKERQUOIS faillit tomber sur ses chaînes et l’aborder. Entraînés par le brick qui chassait rapidement sur ses ancres, le canot s’en alla en dérive tout près de la côte, et le DUNKERQUOIS qui le suivait ne réussit à passer la remorque qu’après avoir talonné plusieurs fois.
Une médaille d’or de 1e classe décernée par le Ministre de la marine, le 27 mars 1884, fut la récompense de ce brillant sauvetage. Il ne nous en reste plus que deux à enregistrer ; celui du trois-mâts français l’ALICE, échoué sur le Break Banck, le 23 janvier 1884, et celui du trois-mâts russe OPHELIA, en détresse sur la rade de Dunkerque, le 29 juin 1885. L’énumération, un peu monotone, de ces quarante sauvetages, a dû sans doute fatiguer un peu, mais ce n’est pas ma faute si cet infatigable capitaine a sauvé tant de bâtiments et si bien gagné ses dix médailles, les deux décorations étrangères qu’il porte, et celle que nous allons lui offrir. Venez donc, venez, capitaine, au milieu des dignitaires de l’Ordre, recevoir la décoration de chevalier de la Légion d’honneur !
Aucun de ceux qui vous entourent n’est plus digne de la porter.

Sources
Société Centrale de Sauvetage des Naufragés 1866 – 1939
Base Léonore Dossier de la Légion d’Honneur
BNF Gallica Portrait du monde illustré 1887
Presse diverse  ‘L Autorité » …
Portrait  réalisé par sa nièce Mathilde – Marguerite HAUTRIVE 1909