Islandais et sauveteurs

20 équipages et 65 personnes sauvées (soit environ 430 personnes)

Dans l’histoire des sauveteurs du dunkerquois, les islandais ont une part non négligeable, dans le nombre  de personnes sauvées,  sauvetages effectués  dans des conditions, bien souvent épouvantables.

Sur un siècle, de 1835 à 1935, les marins de 27 goélettes, au moins, ont été sauvés par des équipages d’autres goélettes ou, parfois,  grâce au courage d’un seul des leurs et ce, dans des conditions climatiques extrêmes.

L’histoire des islandais a été  racontée et écrite par des auteurs qui méritent votre attention. Vous trouvez en bas de cette page des liens vers ces ouvrages incontournables. Cette page retrace et rend hommage au courage de ces marins islandais pour qui les notions de courage, d’abnégation et de solidarité maritime ne sont pas des vains mots.*

 /
Carte naufrages islande
Carte naufrages islande

  Positions estimées des naufrages avec sauvetage en fonction des données disponibles 

100 ans de sauvetages

1835   

La goélette BAROMN’DAR sauve l’équipage de la JEUNE CAROLINE


1844 

Le même BAROM N’DAR sauve l’équipage de la goélette HECLA

Le sloop AIGLE recueille en baie Rackefjord l’équipage de la JEUNE HYPPOLITE (excepté  le tonnelier du bord)

1859

Le marin dunkerquois JeanPierre Joseph Evrard sauve, dans des circonstances pour le moment inconnues, en mer d’Islande l’équipage du lougre les DEUX LOUISES de Fécamp

Des marins dunkerquois et boulonnais sauvent, dans des circonstances pour le moment inconnue, l’équipage de la Bisquine ECLAIR perdue en mer d’Islande

 Les dunkerquois A.E. Vivet, L. F. Maes, F. D. Tjaeckx  du  CELESTE ROSE sauvent 11 marins du lougre SAINT PAUL

1869

L’équipage de la  CAMILLE, bien qu’ayant son pont dévasté par la tempête, arrive, malgré tout,  à sauver l’équipage  de la SAINTE PIERRAISE  de Saint-Malo

Avant 1870  

 Sauvetage de 18 personnes en Islande par Emile Rees (Source dossier Légion d’Honneur)

1876

La goélette dunkerquoise FRANCE, commandée par le capitaine Admont sauve l’équipage de la Goélette MARTHA.

1888

la goélette dunkerquoise FIANCEE sauve  l’équipage de la  goélette  MARIE VALENTINE

1891

Seul contre les éléments, le Fort-Philippois Pierre Gens plonge dans les eaux glacées pour mettre en place un va-et-vient avec la côte et sauver l’équipage de la PRIMEVERE dont il fait partie.
Pierre Gens sera élevé à la dignité de Chevalier de la Légion d’Honneur.

L’équipage de la CHARMEUSE sauve les 18 hommes de l’ETOILE DU MARIN au large des îles Féroé.

1895

Clovis Carru, second à bord de la goélette JEANNE, sauve, en mettant en place un va-et-vient  avec la terre, son équipage à l’exception d’un mousse. Deux hommes périront de froid pendant la nuit.

1901

L’équipage de la goélette ALERTE sauve l’équipage de la goélette  SOUVERAINE

1902

L’armement de la JEUNE LEONIE, au large de Myre bank,  sauve 11 membres de l’équipage de la CHARMEUSE.

10 membres de l’équipage de la PERLE sont sauvés par l’armement de la MARTHA

L’équipage de la goélette PAULINE sauve l’équipage de la goélette SAINT PIERRE

Les équipages de la SAINTE ESPERANCE et de l’EUGENIE sauvent l’équipage de la LABORIEUSE

1903

L’équipage du lougre de pêche JEUNE HENRIETTE est sauvé par le sloop MELINA.

1905

Sauvetage des 25 membres de l’équipage de la MOUETTE par Vandenbussche

1906

Les équipages des PECHEUSE et LOUISE sauvent l’équipage du REGINA ET COLI

1910

Les goélettes HERMINE et FIANCEE sauvent l’équipage de la goélette CZARINE

1912

L’équipage de la FREGATE est sauvé par l’armement de la MARGUERITE

1914

NOTRE DAME DE LA MER assure le  sauvetage de l’ EUGENIE

1924

L’AUGUSTA est sur le point de couler. Adolphe Carru, faisant valoir sa position de célibataire, se jette dans les eaux glacées pour tenter d’établir un va-et-vient. Les jambes prises dans le filin il périra noyé. Lemaire, second du navire,  se jette à son tour et réussit à établir un va-et- vient avec la terre.

1934

Dans des conditions effroyables, les équipages des JACQUES BERTHE et PASCALE sauvent l’équipage danois du WILLIAM STEPHENSON

1935

Le matelot  Adolphe Laurent se jette dans les eaux glacées et arrive, après une nage exténuante, à établir un va-et-vient pour sauver l’équipage du LIEUTENANT BOYAU dont il faisait partie. 3 membres d’équipage ne pourront être sauvés.

Naufrage et famille

La pêche en Islande une histoire de famille.

En 1904 l’HELENE-ADRIENNE fait naufrage. Comme il n’y a pas assez de place dans lecanot de sauvetage, on tire à la courte -paille. Le mousse du bord est désigné avec deux autres marins. Le papa présent prend la place de son fils et lui donne un gâteau pour …… A découvrir ici.

Technique du va-et-vient
Technique du va-et-vient

Ci-contre la technique du va-et-vient explicité par la Société Nationale de Sauvetage des Naufragés. 

Bien sur, en Islande, personne sur la côte pour intervenir, pas de fusil lance amarre….

 Une seule solution:

Aller à la nage  sur la terre ferme pour pouvoir ramener les copains en souquant seul sur le filin. 

Et ce par des températures extrêmes

Bibliographie sur l’Islande

FORTUNES DE MER  A ISLANDE Auteur(s) : Frédéric Cornette – Jean Pierre Mélis – Hervé Renaut Editeur : Société Dunkerquoise D’histoire et D’archéologie

TRIBUT DE LA MER Grand-fort-Philippe  Gravelines  Auteur : Association Généalogie Gravelines Collection origines

LE PT’IT CAPITAINE Auteur Eric carru Editions Pole Nord  Disponible librairie rue Emmery Dunkerque

DUNEKERQUE  La pêche à Islande (XIXe) Auteur Editeur  Gratienne Demière Soyez – 198

Sources:

Annales du Sauvetage Maritime 

Presses diverse

Base Léonore de la Légion d’Honneur

Sur la base des éléments  connus de la base de données au 1er Aout 2021