/

Année 1843 Sauvetages individuels

 11 personnes sauvées dont 8 enfants

Juin

Mauze-Geysen sauve Jean Dewestre en le retirant des vases du port ou il aurait surement péri. (Voir sauvetage du 23 septembre)

A0024


8 juillet

Vers six heures des enfants jouaient le long du débarcadère (Cale des pêcheurs) quand le jeune Joseph Gustave Bekerisse – 4 ans – tomba à l’eau. Le courant l’emportait quand le cabaretier Antoine Rauch l’apercevant se jeta tout habillé dans l’eau et le ramena sain  et sauf.


(Dunkerquoise du 11 juillet) A0025

17 juillet

Vers six heures et demie du soir, un enfant de 5 ans, nommé Jean Ryssel, suivait extérieurement, en
s’y cramponnant, la rampe en fer qui borde le pont Royal du coté de l’eau. Parvenu à moitié de sa dangereuse pérégrination, la tête lui tourne, et il tombe dans le canal.

De suite plusieurs personnes descendent le talus pour l’en retirer. Une première se jette à l’eau tout habillée; c’est le sieur Ch’ Wayolle, préposé de l’octroi ; mais affaibli par des fièvres, à peine convalescent, il ne peut atteindre l’enfant et doit revenir sur le bord. Un autre lui succède. C’est le sieur Pierre Delaeter, boulanger. Il n’est pas plus heureux, et ne tarde pas à se trouver lui-même dans une position critique à cause du poids d’une somme assez considérable contenue dans sa ceinture de cuir.

Cependant les minutes s’écoulent. Enfin se présente le sieur François Vankemmel, peintre; il s’élance aussi tout habillé dans le canal, sauve l’enfant, puis il aide le sieur Delaeter à regagner le rivage.

 (Dunkerquoise du 22 juillet) A0026

12 septembre

Deux heures de l’après-midi un enfant de douze ans, nommé Robert se promène sur l’estacade est du port de Dunkerque. Il tombe dans la mer  à marée haute. Le sieur Goutier, voyant les faits, appelle son fils de 20 ans qui, sans calculer le danger, plonge habillé et ramène le jeune Robert que des soins empressés vont ramener à la vie.

A noter que le sieur Goutier Fils avait déjà sauvé, alors qu’il n’avait que 11 ans un enfant de 9 ans en danger de noyade.

a0027

16 septembre

Deux heures de l’après-midi un enfant de douze ans, nommé Edouard Devos est tombé d’une bélandre dans le port prés du premier pont de la citadelle.
Aux premiers appels le nommé  Pierre César Auguste Vita qui travaillait sur le pont d’un sloop amarré presqu’au même endroit passe sur la bélandre, et de là  s’est jeté tout habillé dans l’eau, a saisi au fond le jeune Devos, et a réussi à le ramener sain et sauf sur la bélandre.


 (Dunkerquoise du 19 septembre) – a0028 

22 septembre

Deux heures de l’après-midi un enfant de deux ans, dont le père Aguvay est préposé des douanes de Armbouts-Cappel tombe dans la Colme. Il est entrainé par le courant qui à cet endroit est fort rapide.
La nommée Everaert épouse Letrez de la dite commune se jette courageusement à l’eau sans calculer le danger qu’elle peut courir et est assez heureuse pour ramener l’enfant à bord

(Dunkerquoise du 23 septembre) – A0029

23 septembre


9 heures trente le sieur Douey, ex employé des douanes , tombe dans l’eau. Le bruit de sa chute et ses cris sont entendus par le sieur Mauze Geysen menuisier du quartier neuf.

Ce dernier accourt et se précipite dans l’eau et arrive à le ramener à quai. La victime blessé à la cuisse droite est amené à l’hospice.

Dunkerquoise du 25 septembre) – A0030

21 décembre

Quatre heures et demie de l’après-midi, le jeune Dejonghe, âgé  de 9 ans, tombe dans le port, près du nouveau quai. Aucune des personnes  présentes n’allant au secours de cet enfant, il était sur Ie point de périr. Heureusement Ie sieur Sion, gendarme de la marine, se trouve au corps-de-garde du port. Prévenu du danger qui menace le jeune Dejonghe, ce brave militaire accourt sur les lieux, et se débarrassant seulement de son sabre, se précipite dans le port, plonge pour retrouver l’enfant, parvient à le saisir avec les dents par Ie collet de son gilet, lui maintient dans cet état la tête hors de I ‘eau, et facilite aux spectateurs les moyens de l’en retirer.

  Récompense financière par le département – Journal la Dunkerquoise 22 décembre- A0031

23 décembre

Deux  petites filles, l’une âgée de cinq ans, l’autre de trois  ans, se hasardent sur  une planche menant à une bélandre , qui livrait passage du quai aux bois au bateau de leur père, les DEUX FRERES DE BLARY, conducteur Augustin Caudou Elles chancellent et tombent à l’eau. 

Elles  auraient infailliblement péri sans les secours immédiats s du sieur Laurent-Vandenersch , ouvrier maçon, rue du Lion d’Or, 10, qui se jeta dans le canal, et fut assez heureux pour les en retirer l’une après l’autre avant leur asphyxie par submersion.  

 (Dunkerquoise du 28 décembre) -A0032

Source

Presse diverse